Les soins palliatifs sont donnés à une personne en phase terminale, afin de lui prodiguer la meilleure qualité de vie possible et ceci jusqu'à sa mort. Son départ ne doit être en aucun cas ni provoqué ni hâté, car il il faut le rappeler l'euthanasie active est interdite en France. La législation autorise seulement dans un cadre très précis l'euthanasie passive et le recours à des soins palliatifs.

Que dit la législation

8 français sur 10 sont favorables à l'euthanasie active, c'est à dire administrer des produits mortels aux malades atteints de maladies incurables. La société est donc en complet décalage avec la loi française. Car la loi Léonetti de 2005 qui est relative aux droits des malades et à la fin de vie, interdit l'acharnement thérapeutique et autorise seulement l'euthanasie passive sous certaines conditions. Elle privilégie donc le recours aux soins palliatifs, cependant le personnel soignant qui dispense ces soins, doit au préalable suivre une formation soins palliatifs. Imposer un traitement au patient sans son autorisation est une atteinte à sa liberté, la loi Léonetti prévoit donc pour le patient le droit de refuser celui ci. Dans des situations bien précises et dans des cadres bien définis, la loi prévoit aussi pour les médecins, le droit de laisser partir le malade, en interrompant un traitement, en arrêtant la nutrition et l'hydratation et en prescrivant massivement des sédatifs.

Les structures qui permettent aussi des soins palliatifs

Les équipes mobiles de soins palliatifs prennent soin du malade et de son entourage de manière globale au domicile de celui, avec la possibilité toutefois d'un retour possible vers une structure hospitalière. Il existe cependant trois types de structures de soins palliatifs en milieu hospitalier. Tout d'abord les unités de soins palliatifs qui sont de structures d'hospitalisation d'environ 10 lits avec une équipe pluridisciplinaire. Il existe également les équipes mobiles de soins palliatifs, dont la principale mission est d'apporter une aide un soutien et surtout des conseils aux soignants. Celles ci n'effectuent pas de soins propres aux malades. Enfin, au sein d'un service d'hospitalisation, il y a des lits identifiés en soins palliatifs. Ils permettent d'assurer un lien entre le domicile et les établissements de soins et d'assurer surtout un retour au domicile.

Dans tous les cas, l'accompagnement en fin de vie sont des actes techniques et donc professionnels qui nécessitent de la part des équipes soignantes de se former, afin de répondre au mieux aux besoins du malade et de sa famille. Cette formation a de plus l'avantage de préparer l'équipe de soins palliatifs de façon sereine et professionnelle.